L’effondrement, que la partie visible de l’iceberg ?

lundi 11 septembre 2017
Retour à l'aperçu

L’effondrement, que la partie visible de l’iceberg ?

La semaine passée, Bruxelles a été choquée par deux énormes « effondrements », des trous dans la chaussée causés par des fuites dans les égouts. Le réseau d’égouttage bruxellois est obsolète et cela se manifeste de plus en plus dans les défauts.

Vendredi passé, une fuite dans une conduite d’eau a provoqué un effondrement à la chaussée de Louvain. La semaine dernière, un énorme trou s’était formé près de la cathédrale. Plus tôt cette année, il était question d’un effondrement à la rue Stévin.

Economiser à court terme

Les égouts bruxellois sont vieux et souvent mal entretenus. Tout comme pour les tunnels, on peut constater que les investissements dans les infrastructures souterraines ne sont pas populaires et sont souvent reportés. Ce sont des économies à court terme. Mais à long terme, les coûts sont élevés. L’effondrement à la chaussée de Louvain avait un impact sur la mobilité et même sur la circulation ferroviaire.

Lorsque les désinvestissements dans l’entretien des tunnels ont été mis au jour, la Région bruxelloise est intervenue et a rédigé un programme d'investissements. À présent, nous devons voir comment nous pouvons améliorer l’entretien de nos égouts ainsi que les investissements. Il faut également de la transparence quant à la collaboration complexe entre la Région, qui est compétente pour cette matière, les communes, qui sont propriétaires, et l’intercommunale Vivaqua.

J’interpellerai la Ministre compétente, Céline Fremault (cdH) sur la problématique. Il faut également que le Parlement se penche de toute urgence sur l’état de notre réseau d’égouttage et effectue les investissements nécessaires en matière d’entretien et de remplacement. 

 

Photo: reporters