Qualité de l'air inquiétante aux abords des écoles

vendredi 23 mars 2018
Retour à l'aperçu

Qualité de l'air inquiétante aux abords des écoles

Il ressort d'une étude réalisée par Greenpeace que la qualité de l’air aux abords des écoles est inquiétante. Pendant un mois, Greenpeace a mesuré la qualité de l’air dans 222 écoles primaires dans toute la Belgique. Les écoles à Bruxelles obtiennent un très mauvais score.

37 écoles de la région bruxelloise ont également participé à l’enquête, dont trois de Molenbeek :

l'institut Saint-Charles

l'école communale du Petit Bois

Vier Winden Basisschool.

Dans toutes ces écoles, la qualité de l’air a été mesurée à trois endroits : à l’entrée de l’école, dans la cour de récréation et dans la classe. Les résultats sont déconcertants.

Dans quasiment 2 écoles sur 3, la qualité de l’air est inquiétante voire mauvaise.

Seules 7 écoles (3%) ont une bonne qualité de l’air. 

Emplacement de l’école

Les résultats varient en fonction de l’emplacement de l’école :

plus l’école est proche d’une circulation dense, pire est la qualité de l’air.

plus il y a de véhicules diesel, pire est la qualité de l’air, car les diesels émettent du dioxyde de carbone

les écoles situées dans les villes obtiennent un score plus mauvais

les écoles situées dans des rues étroites avec de hauts immeubles obtiennent un score plus mauvais

Les familles s’en vont

Nous savons que de nombreuses familles quittent Bruxelles car elles recherchent davantage de verdure, moins d’insécurité routière et moins de pollution atmosphérique. La pollution atmosphérique touche surtout les enfants et les personnes âgées. De nombreuses maladies pulmonaires comme l’asthme, mais aussi des maladies cardio-vasculaires sont provoquées par la pollution atmosphérique. 

La commune peut faire quelque chose

Nous devons aborder ensemble l’amélioration de la qualité de l’air :

Le Gouvernement fédéral doit supprimer les voitures de société

La Région bruxelloise a instauré la Zone Basse Emission, où les véhicules diesel polluants se voient refuser l’accès à Bruxelles.

Le Gouvernement bruxellois oblige la société de transports publics (STIB) à acheter des bus hybrides et électriques.

Mais les communes peuvent également faire quelque chose à la pollution atmosphérique :

Veiller à moins de trafic de transit

Veiller à interdire les voitures aux abords des écoles ou à y restreindre la circulation

Veiller à davantage de verdure

Et que fait Molenbeek ?

Malheureusement, ces derniers temps, il ne se passe pas grand-chose à Molenbeek en ce qui concerne la pollution atmosphérique :

Pas de parcs supplémentaires

Pas de nouvelles rues interdite aux voitures ou à circulation restreinte

Pas de limitation du trafic de transit

Au contraire, des places publiques interdites aux voitures comme la place commune et la place de la Duchesse de Brabant sont redevenus des parkings publics. Et ce, alors que les écolos sont au pouvoir. 

Je suis curieux de voir si l’administration communale fera quelque chose pour améliorer la qualité de l’air aux abords des écoles.

En tous cas, je ne manquerai pas de vous tenir informés.

 

Vous pouvez consulter les résultats de l’enquête sur le site Internet de Greenpeace.

Pano a fait un réportage (NL)