Que veux-tu devenir plus tard ?

jeudi 05 juillet 2018
Retour à l'aperçu

Que veux-tu devenir plus tard ?

Chaque jour, il y a, à Molenbeek, des personnes actives qui, avec leur énergie positive, veulent rendre la vie meilleure. Damienne, enseignante dans l’école secondaire GO! for Business (anciennement : le Toverfluit) est l’une d’entre elles. 

Damienne figure sur la petite carte avec laquelle mon équipe de candidats du sp.a et moi-même nous nous présentons aux élections communales.  

Quiconque bénéficie d'un bon enseignement, peut avancer dans la vie. Le monde entier n’est qu’à un clic. Nous sommes en contact avec des personnes de partout. Mais le monde est aussi complexe. Ne pas tout accepter pour vrai, penser de manière critique, découvrir ce pour quoi vous avez du talent et le développer... Un bon enseignement permet de maîtriser tout cela. Et il ne faut pas oublier, un diplôme est un pas vers un bon emploi.

Un enseignement de qualité, cela signifie pour le sp.a Molenbeek :

À la mesure de chaque enfant

Un enseignement à la mesure et selon les besoins de chaque enfant. En d’autres termes : un accompagnement supplémentaire et une différenciation pour ceux qui en ont besoin. Tant pour ceux qui ont besoin d’un petit coup de pouce que pour ceux qui ont besoin de défi. Faire des économies sur l’enseignement comme l’ont fait les pouvoirs publics flamands actuels n’est pas une option.

Un air plus pur et un environnement sûr

Les abords des écoles sans circulation automobile ou à circulation faible, sans trafic de transit. Les enfants doivent pouvoir se rendre à l’école sans souci, à vélo ou à pied, et le tout dans un air plus pur. Dans l’école même également, l’air doit être pur. Moins de voitures donc.

Une chaise pour chaque enfant, un enseignant pour chaque classe

Une chaise pour chaque enfant et un enseignant fixe pour chaque classe. 

Par le passé, j’ai fait construire une nouvelle école passive à la Gare de l'Ouest (l’école De Knipoog). Mais, outre un problème de capacité, il y a également un problème d’enseignants. Le contexte bruxellois n’est pas simple. Les enseignants ne tiennent pas le coup. La rotation est grande. 

Nous voulons encourager davantage de Bruxellois à devenir enseignants. Les personnes habituées au contexte bruxellois, pourront également mieux donner cours.